Categories
Anne Zagré The Oil Palm

Mon expérience au championnat du monde

Lorsque je pense à ces championnats, de nombreux sentiments assez contradictoires m’envahissent: du soulagement, de la déception, de la joie, du découragement mais également de l’espoir. Tous ces sentiments résument un peu toutes les phases émotionnelles par lesquelles je suis passée. Ces championnats du monde était pour moi l’objectif principale de ma saison. Et ceci n’est pas quelque chose de facile à gérer car la réussite ou pas de la saison est déterminée par le bon déroulement ou pas de ces championnats. Les gens ne voient que le résultat final et ne réalise pas tout le travail ainsi que les sacrifices que cela représente.

Ce championnat était ma 3éme participation individuelle sur le 100m haies. Ma première participation a eu lieu en 2011 à Daegu (Corée du Sud). Malheureusement, je n’ai pas passé le premier tour car en effet, le temps que j’ai réalisé n’était pas assez rapide pour atteindre la demi-finale. Je l’ai pris comme une première expérience en étant très motivée pour les prochains championnats du monde. Et nous y voici, 2 ans plus tard, je suis à Moscou (Russie). Lors de ces championnats, il y a eu une progression car j’ai passé le premier tour pour atteindre les demi-finales. C’était déjà une bonne chose de faite cependant lors de ma demi-finale, je tombe car je percute la 8eme haie. Ce qui nous amène en 2015 dans le célèbre “Nid d’oiseau” à Pékin (Chine). J’ai atteint la demi-finale en terminant 11eme au classement général. Je suis satisfaite de ce résultat. Toutefois, l’objectif initial à savoir à rentrer dans le top 8, me passe sous le nez pour 2 centièmes.

Avec des sentiments opposés, entre la satisfaction pour mes résultats et la déception de n’avoir pas atteint le top 8, je suis rentrée à Bruxelles où il y avait ma mère qui m’avait préparé mon plat préféré : le poulet moambe. Quelle bonne surprise ! Ce plat africain avec poulet, riz et huile de palme a été toujours ma passion. Parfait pour retrouver l’énergie après les championnats.

Ce que je retiens de ces championnats c’est que je me rapproche de plus en plus du top mondial, c’est à dire du top 8. Avoir conscience de son talent et potentiel est une chose, mais de pouvoir l’exprimer concrètement sur le terrain le jour J en est une autre. C’est lors d’une rencontre telle que le championnat du monde, que le gratin mondial est réuni. Nous sommes dés lors, tous égaux faces aux conditions climatiques ou autre, et on pourrait croire que c’est le plus rapide qui gagnera, mais ce n’est pas le cas. C’est celui qui gérera le mieux les différentes composantes d’un championnat tel que le stress, la pression médiatique, la force mentale, la concentration, les conditions climatiques et la condition physique qui gagnera. J’aurai voulu atteindre le top 8, déjà cette année; chose qui ne s’est pas concrétisée. Cependant, je réalise que chaque saison je me reproche de plus en plus de ce pourquoi je m’entraine durement au quotidien.

Je ne me décourage pas car je sais qu’un jour mon heure viendra. En attendant back to work!

Voici la recette du poulet moambe – je vous conseille de l’essayer, elle est très bonne!


RECETTE POULET MOAMBE

Poulet Moambe

Ingrédients pour 4 personnes:

4 blancs de poulet

Huile de palme

Soupe d’huile de palme

1 botte d’oignons blanc

1 tomate

Ail

1 bouillon de légumes

Riz blanc

 

Préparation:

Couper le poulet en morceaux et faire frire avec 5 cuillères à soupe d’huile de palme dans une grande casserole. Ajoutez deux gousses d’ail finement coupé. Assaisonner de sel et de poivre selon votre goût.

Ensuite couper la tomate et les tiges de la botte d’oignons et incorporer les ensuite au poulet. Vous pouvez également rajouter un bouillon de légumes au mélange pour y donner plus de saveur.

L’ensemble doit mijoter tout doucement pendant environ 35 min.

Une fois que la préparation est prêtée vous pouvez le servir avec du riz blanc.

 

 

Categories
Anne Zagré Authors

My Experience at the World Championships

When I think about these championships, many mixed feelings come over me: relief, disappointment, joy, discouragement, but also hope. All of these feelings somewhat summarize all the emotional stages I went through. These world championships were, for me, the main goal of my season. And this is something that is not easy to manage because the success of my season depended on whether or not these championships went well. People only see the final result and don’t realize all the work, as well as all the sacrifice, it takes to get there.

These championships were my third individual participation in the 100 m hurdles. I first took part in 2011 in Daegu (South Korea). Unfortunately, I did not get past the first round because indeed, my time was not fast enough to reach the semifinals. I took it as a first experience since I was really motivated for the next world championships. And here we are, two years later, I am in Moscow (Russia). At these championships, some progress had been made because I passed the first round to reach the semifinals. That was already an achievement. However, during my semifinal, I fell because I hit the eighth hurdle. Which brings us to 2015 in the famous “Bird’s Nest” in Beijing (China). I reached the semifinals and finished 11th in the overall ranking. I am satisfied with this result. However, I missed my original goal of making the top eight by two one hundredths of a second.

With feelings conflicted between satisfaction at my result and disappointment at not having made the top eight, I returned to Brussels, where my mother had made my favourite dish for me: Chicken Moambe. What a nice surprise! This African dish with chicken, rice and palm oil has always been a favourite of mine. Perfect for regaining energy after the championships.

What I have taken away from these championships is that I’m getting closer and closer to the best in the world, meaning to the top eight. Being aware of one’s talent and potential is one thing, but to actually be able to show it on the track on the big day is another. It is during a gathering such as the world championships that the world’s cream of the crop is brought together. It is then that we all face the same weather and other conditions as equals, and you would think that it is the fastest person who wins, but this is not the case. It is the person who is best able to manage the various components of a championship event such as stress, media pressure, mental strength, concentration, weather conditions and physical condition who wins. I would like to have already reached the top eight this year, but it never materialized. However, I realize that I reproach myself for it more and more with each season, which is why I train hard every day.

I am not discouraged because I know that one day my time will come. In the meantime, back to work!

Here is the recipe for Chicken Moambe – I suggest you try it, it’s really good!


CHICKEN MOAMBE RECIPE

Poulet Moambe

Ingredients for four people:

Four chicken breasts

Palm oil

Soup of palm oil

One bunch of white onions

One tomato

Garlic

One cube of vegetable broth

White rice

 

Directions:

Cut the chicken into pieces and fry with five tablespoons of palm oil in a large saucepan. Add two cloves of finely chopped garlic. Season with salt and pepper to your own taste.

Then, cut the tomato and the stems of the bunch of onions and stir them in with the chicken. You can also add vegetable broth to the mixture to give it more flavour.

Let everything simmer gently for about 35 min.

When it is ready, you can serve it with white rice.

 

 

 

Categories
Authors Pierre Bois D’Enghien

Greens Propose Harming the Environment

Some interesting news in Paris: Green Senators have proposed an amendment that could harm the environment, lead to more forest land being lost, and affect poor people in developing countries.

Aline Archimbaud, a Green Senator, has submitted amendments to the Health Law criticizing palm oil. She makes clear that the amendment would like to protect the environment, and also to help solve malnutrition, hunger, and other problems affecting the poor.

Unfortunately, this is clearly an attempt to score an ‘easy’ political point, because the facts are simply wrong. This was also proven by Minister Segolene Royal, after her ill-judged comments against Nutella. I wrote to the Minister at the time, explaining why she was wrong. Minister Royal eventually realized the error of her ways; she accepted that she was wrong on the facts. It looks like I may need to write another letter, to Mme Archimbaud.

Mme Archimbaud thinks that using less palm oil will help the environment? Wrong. Palm oil is the world’s most efficient oilseed crop. It produces far more oils per hectare compared to any other oilseed (10 times more than soybean). Put another way, palm oil uses 10 times less land. So: the Senator’s ideas would lead to more land being cleared, more land being converted from nature into agriculture.

Mme Archimbaud is also very concerned about malnutrition. Palm oil is one of the world’s greatest solutions to malnutrition. It is the main cooking oil – and a key staple of calories – across the developing world. In India, in Africa, in Pakistan, in South-East Asia: people get major energy, vitamins, and nutrients from palm oil. Criticising palm oil without knowing how important it is for people in the developing world is very unwise.

Small farmers rely on palm oil – in Africa, and in Asia. In Malaysia, 40 per cent of the plantations are small farmers; in many African countries, such as Nigeria, the percentage is even higher. Lazy criticism of palm oil is really criticism of small farmers in poor countries. Lazy attempts to harm palm oil, will actually end up harming families in poor communities in Africa.

The Malaysian Palm Oil Council has recently launched an education campaign in France, to give consumers some more information on the facts about palm oil. It may be worth Senator Archimbaud taking a look at the website!

 

Categories
Pierre Bois D’Enghien The Oil Palm

Les Verts suggèrent de nuire à l’environnement

Des nouvelles intéressantes de Paris : les sénateurs Verts ont proposé un amendement qui pourrait en fait nuire à l’environnement, entraîner la perte de terres forestières et affecter les personnes pauvres dans les pays en développement.

La sénatrice écologiste Aline Archimbaud a présenté des amendements à la Loi Santé critiquant l’huile de palme. Elle précise que l’amendement servirait à protéger l’environnement et à aider à résoudre les problèmes de malnutrition, sous-nutrition et autres qui touchent les plus pauvres.

Malheureusement, ce n’est qu’une tentative de facilement marquer des points sur le plan politique car les affirmations sont tout simplement fausses. Cela avait également été prouvé par le ministre Ségolène Royal, après ses commentaires malvenus contre le Nutella. J’avais écrit à la ministre à l’époque, pour expliquer pourquoi elle avait tort.

Madame la Ministre Ségolène Royal a finalement compris son erreur ; elle a accepté qu’elle avait eu tort sur les faits. Il semble bien que je pourrais avoir besoin d’écrire une autre lettre, à Mme Archimbaud.

Mme Archimbaud pense que l’utilisation de moins d’huile de palme va aider l’environnement. C’est faux. L’huile de palme est la culture oléagineuse la plus efficace du monde. Elle produit beaucoup plus d’huile par hectare que n’importe quel autre oléagineux (10 fois plus que le soja). Autrement dit, l’huile de palme utilise 10 fois moins de terres. Donc les idées du sénateur conduiraient à plus de terres défrichées, plus de terres converties pour l’agriculture au détriment de la nature.

Mme Archimbaud est également très préoccupée par la malnutrition. L’huile de palme est l’un des meilleures solutions contre la malnutrition. C’est l’huile de cuisson principale – et une importante source calorique – des pays en voie de développement. En Inde, en Afrique, au Pakistan, en Asie du Sud-Est… les gens obtiennent une large part de leur énergie, leurs vitamines et nutriments de l’huile de palme. Critiquer l’huile de palme, sans savoir combien elle est importante pour les populations de ces pays, est très imprudent.

En Afrique et en Asie, les petits agriculteurs comptent sur l’huile de palme. En Malaisie, 40 pour cent des plantations sont celles de petits agriculteurs; dans de nombreux pays africains comme au Nigeria, le pourcentage est encore plus élevé. Cette basse critique de l’huile de palme est finalement une critique des petits agriculteurs dans les pays pauvres. Ces tentatives de nuire à l’huile de palme finiront juste par nuire aux familles dans les communautés pauvres d’Afrique.

Le Conseil malaisien d’huile de palme a récemment lancé une campagne d’information en France, pour donner aux consommateurs des informations supplémentaires sur l’huile de palme. Peut être que la sénatrice Archimbaud devrait y jeter un œil!

Categories
Pieter-Jan Hannes The Oil Palm

Il est bon pour chacun de nous de s’informer

Nouvelles sensationnelles de Paris ! Une campagne d’information sur l’huile de palme a été lancée cette semaine, pour augmenter la sensibilisation et la connaissance à propos de cette huile en France et en Belgique.

 

J’ai trouvé cette initiative très intéressante, et nécessaire : j’ai découvert l’huile de palme il y a de cela quelques années, grâce à ma diététicienne, et j’ai trouvé que ce produit offrait de nombreuses possibilités et complétait bien mon régime alimentaire. Cela a confirmé ce que mes études de chimie m’ont appris : je connaissais déjà les propriétés chimiques de l’huile de palme, notamment comment elle pouvait m’aider à enrichir mon alimentation.

 

En tant qu’athlète, j’ai constamment besoin d’huiles et de graisses, comme tout le monde ! L’huile de palme est une source de lipides, comme le beurre ou de nombreux autres produits. L’huile de palme est aussi une grande source de caroténoïdes et de vitamines, ce qui en fait un ingrédient idéal lorsque je veux préparer un bon repas avant mes séances d’entraînement et en période de compétition.

 

J’utilise l’huile de palme pour cuisiner toutes sortes de mets : viande, poisson et légumes. Sa consistance est différente de celle des autres huiles végétales ; l’huile de palme est semi-solide à température ambiante, ce qui en fait un ingrédient idéal pour la friture car elle ne brûle pas à haute température.

 

Je suis heureux que cette campagne permette à d’autres d’en apprendre plus : il est bon pour chacun de nous de s’informer. Je poursuis mes études de chimie tout en continuant la compétition, et j’espère que nombreux sont ceux qui visiteront le nouveau site web pour en savoir plus sur l’huile de palme: www.huiledepalmedemalaisie.info 

Categories
Authors Pieter-Jan Hannes

Education is Good for All of Us

Interesting news from Paris! An education campaign on palm oil has been launched this week, to increase the awareness and knowledge about this oil in France and Belgium.

I found this initiative very interesting, and necessary: I discovered palm oil a few years ago thank to my nutritionist and I found this product extremely versatile and complementary to my diet. It helps that my chemistry studies mean that I also know about the chemical properties of palm oil and how it can help my diet.

As an athlete, I have a constant need of oils and fats – as everyone does! Palm oil is a source of fat like butter, and many others. Palm oil is also a rich source of carotenoids and vitamins, a perfect ingredient for when I want to prepare a nice meal before my training sessions and in competitions.

I use palm oil to cook all sorts of foods: meat, fish and vegetables. The consistency is different from other vegetable oils; palm oil is semi-solid at normal temperature, which makes it a perfect ingredient to fry because it doesn’t burn at high-temperatures.

I am glad that other people through this campaign will have the possibility to learn more: education is good for all of us. I’m still continuing my studies in chemistry even while competing – and I hope many others will visit the new website to also learn more about palm oil – www.malaysianpalmoi.info

Categories
Authors Pierre Bois D’Enghien

A Campaign to Inform Consumers About Palm Oil

After many years of working closely on the ecology and economy of agricultural products and farming – especially in the developing world – it is encouraging to see that Belgian and French consumers will be learning more about palm oil in the coming months. A new communications campaign has been launched by the Malaysian Palm Oil community, with the aim of providing facts to consumers.

I have worked closely on palm oil-related issues in Africa, where it is a crop of great importance – socially, economically, and environmentally. This is equally true in Malaysia. Contrary to the common belief that large plantations dominate oil palm cultivation, it is small farmers who account for 40-60% of production of palm oil in emerging countries, including 300,000 in Malaysia alone. The positive social consequences of this are enormous – reduced poverty, higher living standards, property rights, development of rural communities, and so on.

Three young students from France and Belgium recently visited Malaysia to discover these facts, and many others I am sure. The new Malaysian campaign explains what the students found – what I already knew from many years in the industry – that palm oil is a great source of prosperity and wellbeing in rural communities, a truth that is often hidden here in Europe.

The reasons why oil palm has been chosen by so many farmers in Africa and Asia is very simple: it is a perennial crop and has the highest yield of oil per unit area when compared to other crops – it yields between 7 and 10 times more oil per hectare than competing oil plants. Moreover, it doesn’t require too much of investments in technical equipment making at an ideal option for small farmers.

The misinformation about palm oil in Europe can jeopardize small farmers’ livelihoods, and the many services which are developed close to oil palm plantations: housing, schools, roads and health care facilities. A hectare of land under oil palm cultivation can generate 1,000 to 3,000 dollars per year, contributing significantly to rural poverty alleviation.

The campaign is also focusing on palm oil’s role in biodiversity and forest conservation. Malaysia has conserved over 50% of land cover as forests – a commitment significantly greater than developed nations. This commitment was made back in 1992 at the Rio Earth Summit, and the United Nations confirms that this promise is still being met today.

Discover the positive story of Malaysian Palm Oil on economic success and environmental protection here – www.malaysianpalmoil.info

Categories
Pierre Bois D’Enghien The Oil Palm

Une campagne pour informer les consommateurs sur l’huile de palme

Après de nombreuses années à travailler en étroite collaboration sur l’écologie et l’économie des produits agricoles et de l’agriculture – en particulier dans les pays en voie de développement – il est encourageant de voir que les consommateurs belges et français vont en apprendre davantage sur l’huile de palme dans les prochains mois. Afin de leur apporter des faits, une nouvelle campagne de communication a été lancée par la communauté d’huile de palme de Malaisie.

Je l’ai travaillé en étroite collaboration sur les questions liées à l’huile de palme en Afrique, où c’est une culture d’une grande importance d’un point de vue social, économique et écologique. Ceci est également vrai en Malaisie. Contrairement à la croyance commune que de grandes plantations d’huile dominent la culture du palmier, ce sont les petits agriculteurs qui représentent 40-60% de la production d’huile de palme dans les pays émergents, dont 300.000 uniquement en Malaisie. Les conséquences sociales positives sont énormes – réduction de la pauvreté, du niveau de vie, les droits de propriété, le développement des communautés rurales, et ainsi de suite.

Trois jeunes étudiants de France et de Belgique ont récemment visité la Malaisie à la découverte de ces faits, et bien d’autres j’en suis sûr. La nouvelle campagne malaisienne explique ce que les élèves ont trouvé – ce que je savais déjà depuis de nombreuses années dans l’industrie – que l’huile de palme est une grande source de prospérité et de bien-être dans les collectivités rurales, une vérité qui est souvent cachée ici en Europe.

Les raisons pour lesquelles l’huile de palme a été choisie par de nombreux agriculteurs en Afrique et en Asie est très simple: c’est une culture pérenne et dont le rendement en huile par unité de surface est le plus haut, par rapport à d’autres cultures – il donne entre 7 et 10 fois plus de pétrole par hectare que les plantes oléagineuses concurrence. En outre, il ne nécessite pas trop d’investissements en matériel technique, en faisant une option idéale pour les petits agriculteurs.

La désinformation sur l’huile de palme en Europe peut mettre en péril les moyens de subsistance des petits agriculteurs, et les nombreux services qui sont développés à proximité des plantations de palmiers à huile: le logement, les écoles, les routes et les installations de santé. Un hectare de terre pour la production d’huile de palme peut générer entre 1.000 et 3.000 dollars par an, contribuant de manière significative à la réduction de la pauvreté rurale.

La campagne se concentre également sur le rôle de l’huile de palme dans la biodiversité et la conservation des forêts. La Malaisie a conservé plus de 50% de forêts – un engagement significativement plus important que celui des pays développés. Cet engagement a été pris en 1992 au Sommet de la Terre de Rio, et les Nations Unies confirment que cette promesse est encore tenue aujourd’hui.

Découvrez l’histoire de Malaysian Palm Oil sur la réussite économique et la protection de l’environnement ici – www.huiledepalmedemalaisie.info

Categories
Anne Zagré The Oil Palm

L’Huile de Palme Malaisienne expliquée aux jeunes

Me concernant, l’huile de palme fait partie de ma culture, c’est un produit qui a toujours été présent durant mon enfance : je savais tout sur elle, et je cuisine avec de l’huile de palme depuis mon plus jeune âge. L’utilisation de l’huile de palme en tant qu’huile de cuisson saine était donc quelque chose de tout à fait familier pour moi.

Toutefois, il est possible que pour de nombreuses personnes ayant grandi en Belgique, l’huile de palme soit quasi inconnue, et ces personnes manquent d’informations car ce n’est pas un produit d’origine belge. C’est une bonne chose qu’une nouvelle campagne ait été lancée pour informer les jeunes en Belgique et en France sur l’huile de palme. Cela permet de leur offrir un autre regard concernant son origine culturelle et ses aspects nutritionnels.

Je dois admettre que j’ai été surprise de voir l’hostilité qu’a suscitée l’huile de palme ces dernières années, et toutes les choses erronées qu’on a pu en dire.

Tant de gens en Afrique consomment l’huile de palme exactement comme les Européens consomment l’huile d’olive. Nous l’utilisons dans toutes sortes de plats. Nous nous en servons pour cuisiner, frire, assaisonner le poulet, le poisson et les salades. Un met africain n’aurait pas le même goût sans huile de palme !

J’espère vraiment que cette campagne va modifier l’attitude des consommateurs belges envers l’huile de palme et les convaincre qu’il s’agit d’un produit alimentaire normal comme les autres. J’espère que nombreux sont ceux qui visiteront le nouveau site Internet, pour en savoir plus sur l’huile de palme : www.malaysianpalmoil.info

Categories
Anne Zagré Authors

Malaysian Palm Oil Explained to Young People

For me, palm oil was very much a cultural product growing up: I knew all about it, and was cooking with it from an early age. So I was familiar with why so many people around the world use palm oil as a healthy cooking oil.

However, for many people growing up in Belgium, perhaps they don’t know much about palm oil, and there is a lack of information because it is not a Belgian product. It’s good that a new campaign has been launched to give more information to young people in Belgium and France about palm oil, and to give a better feeling about the cultural background, and also the nutritional aspects.

I must admit that I have been surprised to see some of the hostility towards palm oil in recent years, and some of the sad misunderstandings that are written.

For so many people in Africa, palm oil is consumed exactly like olive oil in Europe. We use it for all sorts of dishes. We use it to cook, fry and seasoning our chicken, fish and salads. An African meal would not have the same taste without palm oil!

I really hope this campaign will change the attitude towards palm oil and convince Belgian consumers that palm oil is a normal food product like so many others. I hope many people will visit the website to find out more – www.huiledepalmedemalaisie.info