Mon interview en réponse à Ségolène Royal

post3

A la suite des déclarations anti-huile de palme de Ségolène Royal, le journal Atlantico m’a interviewé au sujet de l’huile de palme. Voici les grandes idées que j’ai pu développer dans cet article intitulé « Nutella à l’index : mais pourquoi cette hargne récurrente contre lhuile de palme ? ».

La première question reflète la charge de l’a priori négatif contre l’huile de palme « Dans quelle mesure s’agit-il d’une mauvaise huile pour la santé ? »

Pour lever tout doute, il était essentiel de rappeler ce que les consommateurs ignorent « L’huile de palme rouge est un corps gras qui est issu de la presse du fruit du palmier à huile. Elle est consommée depuis des millénaires. » Concernant la composition chimique de l’huile raffinée,  j’ai pu rappeler qu’elle était riche en acide palmitique (43,5%) et en acide oléique (36,6%), ce qui en fait un aliment parmi tant d’autres qui apporte des calories sous forme d’acides gras. Enfin, chose que l’on n’ose plus dire depuis des années : « le gras est nécessaire à notre alimentation et il a été abondamment prouvé que manger allégé ne fait pas maigrir. » De ce point de vue, il y a un travail de pédagogie fondamental à réaliser en France. En effet, il est souvent affirmé que les acides gras saturés favorisent les maladies cardiovasculaires. C’est totalement faux. Les maladies cardiovasculaires s’explique par de multiples raisons, et si on isole la consommation de graisses saturées dans les analyses de corrélation statistique les graisses saturées apparaissent neutres ni favorables ni défavorables sur le risque cardiovasculaire. L’huile de palme est devenu un bouc émissaire commode qui permet d’éviter de parler de nombreuses autres causes telles que le tabac, la sédentarité, le surpoids; l’obésité et le diabète type 2 sont de puissants facteurs de risque de maladies cardiovasculaires mais pas l’huile de palme.

Maintenant pour ce qui concerne directement l’affirmation de la Ministre Royal, « Il faut arrêter de manger du Nutella par exemple parce que c’est de l’huile de palme. », Atlantico m’a interrogé sur la possibilité de remplacer l’huile de palme par une autre graisse. Après avoir rappelé que cette substitution ne pouvait avoir pour origine une raison nutritionnelle, j’ai pu rappeler que l’huile de palme et ces nombreuses propriétés a permis de remplacer les acides gras trans qui sont athérogènes et donc dangereux pour la santé. Qu’en est-il de la substitution par d’autres huiles alors ?

S’il se fait par des huiles végétales riches en acides gras poly-insaturés comme le tournesol le carthame ou le maïs, la consommation d’acides gras saturés diminue mais celle d’acides gras oméga 6 augmente ce qui pose d’autres problèmes et ne permet de conclure à un avantage. Pour les huiles riches en oméga 3 comme le colza la substitution est favorable puisque notre alimentation est globalement déséquilibrée au profit des oméga 6 mais les caractéristiques de cette huile ne conviennent pas en pâtisserie et elle est trop oxydable en friture. Au total la meilleure alternative notamment en pâtisserie est le beurre. Mais l’apport en acides gras saturés est sensiblement le même. Il s’agit alors de gout et de coût mais pas de santé car faut il le répéter les acides gras saturés largement consommés en France ne sont pas associés à une surmortalité cardiovasculaire.

Enfin, j’ai pu revenir sur la question des acides gras trans. Contrairement aux Etats-unis, en Europe, les consommateurs ne sont pas informés de la présence d’acides gras trans dans leur alimentation. Alors que de nombreuses études démontrent que le gras trans est dangereux pour la santé, ce n’est pas le cas pour l’huile de palme.

Je  m’étonne « que certains s’acharnent sur un corps gras qui est neutre et que les mêmes laissent faire la production, l’utilisation et la consommation d’acides gras trans…

Pourquoi l’huile de palme, auprès des associations et des pouvoirs publics, reste l’objet de fantasme alors même que la réalité semble différente ? »

Lire l’interview dans son intégralité

#Santé
Ecrit par Dr Guy André Pelouze
Dr Guy-André Pelouze is a French cardio-thoracic surgeon, and a founder of the French think-tank and research group Institut de Recherche Clinique (Institute of Clinical Research). Dr Pelouze is a widely quoted writer and commentator on health and nutrition in France, and is the founder of the Food Facts Index, an independent website focusing on food-related issues in both French and English.