Les Verts suggèrent de nuire à l’environnement

Des nouvelles intéressantes de Paris : les sénateurs Verts ont proposé un amendement qui pourrait en fait nuire à l’environnement, entraîner la perte de terres forestières et affecter les personnes pauvres dans les pays en développement.

La sénatrice écologiste Aline Archimbaud a présenté des amendements à la Loi Santé critiquant l’huile de palme. Elle précise que l’amendement servirait à protéger l’environnement et à aider à résoudre les problèmes de malnutrition, sous-nutrition et autres qui touchent les plus pauvres.

Malheureusement, ce n’est qu’une tentative de facilement marquer des points sur le plan politique car les affirmations sont tout simplement fausses. Cela avait également été prouvé par le ministre Ségolène Royal, après ses commentaires malvenus contre le Nutella. J’avais écrit à la ministre à l’époque, pour expliquer pourquoi elle avait tort.

Madame la Ministre Ségolène Royal a finalement compris son erreur ; elle a accepté qu’elle avait eu tort sur les faits. Il semble bien que je pourrais avoir besoin d’écrire une autre lettre, à Mme Archimbaud.

Mme Archimbaud pense que l’utilisation de moins d’huile de palme va aider l’environnement. C’est faux. L’huile de palme est la culture oléagineuse la plus efficace du monde. Elle produit beaucoup plus d’huile par hectare que n’importe quel autre oléagineux (10 fois plus que le soja). Autrement dit, l’huile de palme utilise 10 fois moins de terres. Donc les idées du sénateur conduiraient à plus de terres défrichées, plus de terres converties pour l’agriculture au détriment de la nature.

Mme Archimbaud est également très préoccupée par la malnutrition. L’huile de palme est l’un des meilleures solutions contre la malnutrition. C’est l’huile de cuisson principale – et une importante source calorique – des pays en voie de développement. En Inde, en Afrique, au Pakistan, en Asie du Sud-Est… les gens obtiennent une large part de leur énergie, leurs vitamines et nutriments de l’huile de palme. Critiquer l’huile de palme, sans savoir combien elle est importante pour les populations de ces pays, est très imprudent.

En Afrique et en Asie, les petits agriculteurs comptent sur l’huile de palme. En Malaisie, 40 pour cent des plantations sont celles de petits agriculteurs; dans de nombreux pays africains comme au Nigeria, le pourcentage est encore plus élevé. Cette basse critique de l’huile de palme est finalement une critique des petits agriculteurs dans les pays pauvres. Ces tentatives de nuire à l’huile de palme finiront juste par nuire aux familles dans les communautés pauvres d’Afrique.

Le Conseil malaisien d’huile de palme a récemment lancé une campagne d’information en France, pour donner aux consommateurs des informations supplémentaires sur l’huile de palme. Peut être que la sénatrice Archimbaud devrait y jeter un œil!

#Développement durable